logo-site
Actualités : Actualités Raymond Kopa, une légende s’éteint

Raymond Kopa, une légende s’éteint

03-03-2017

DARTUS_0001

Le Stade de Reims a l’immense tristesse d’annoncer la disparition de son Président d’honneur, joueur emblématique et légende, Raymond Kopa. Plus que le Stade de Reims son club de toujours, c’est le football mondial qui perd l’une de ses grandes étoiles.

Reims s’est réveillé dans la brume et la tristesse. L’un de ses plus grands ambassadeurs, Raymond Kopa s’est éteint ce matin dans sa 86ème année, à Angers. Symbole du football total, il débute le football en amateur dans le club de sa ville natale, l’US Nœux-les-Mines. Deuxième du concours du jeune footballeur 1949, Raymond Kopa, de son vrai nom « Kopaszewski » est repéré par le SCO d’Angers qu’il intègre à tout juste 18 ans. Les aptitudes de ce petit gabarit (1m69, 67 kg) sautent aux yeux d’Albert Batteux, le stratège stadiste. Le coach historique du Stade de Reims milite longtemps auprès de ses dirigeants, notamment lorsque les négociations perdurent, pour faire venir son nouveau protégé. Sous ses ordres, Kopa progresse à pas de géant. Il y existait une relation particulière entre les deux hommes. Le coach rémois partageait avec Kopa la même vision du football. Kopa a, en plus, une forme de légèreté. Ses dribbles sont déroutants. Les défenses adverses ne savent pas réellement comment le stopper. Le génie du football français qu’un journaliste anglais a un jour surnommé «Le Napoléon du football» devient donc une cible de choix… Il faut dire qu’il est intenable, encore plus lorsqu’il est associé à Léon Glovacki. Les deux se connaissent par cœur.

Jean-Pierre Caillot : «  Monsieur Kopa c’est le Stade de Reims et le Stade de Reims c’est Monsieur Kopa ».

À Reims, Kopa débute sur l’aile mais est rapidement replacé dans l’axe où il devient le dépositaire du jeu. C’est d’ailleurs dans ce rôle qu’il évolue lors de la première campagne européenne des Rouge et Blanc au cours de laquelle il délivre 8 passes décisives ! Par des inspirations, des percées solitaires, Kopa est l’élément capable de débloquer des situations. Malgré le marquage très serré qu’il doit subir, il est l’un des hommes de la première finale de l’histoire de la Ligue des Champions en 1956, impliqué sur deux des trois buts rémois. Cette finale est la dernière rencontre en Rouge et Blanc, avant son retour. Il rejoint le club vainqueur, le Real dans un transfert record (52 millions de francs de l’époque, environ 1M€ constants) par le grand Real Madrid en 1956, avec lequel il gagne un nouveau surnom : « Kopita » et 3 Coupes des Clubs Champions… à son retour au Stade de Reims, il n’a rien perdu. Sa conduite de balle et sa vision du jeu sont toujours là, son amour pour le Stade de Reims aussi dont il porte fièrement les couleurs jusqu’en 1967 et en devient le Président d’honneur.

Jean-Pierre Caillot : « C’est avec une très vive émotion que nous avons appris la disparition de Monsieur Raymond Kopa ce matin. Monsieur Kopa, c’est le Stade de Reims et le Stade de Reims c’est Monsieur Kopa. Plus qu’un joueur, il est et demeurera à jamais le symbole du grand Reims, d’une approche légère et élégante du football. Si « SDR » sont trois lettres qui résonnent, qui ont un sens au-delà des frontières nationales, c’est parce que le talent et l’implication de Monsieur Kopa et d’autres glorieux aînés ont conféré au club la stature d’une institution. Quand il a été honoré, en 2011, de « l’UEFA Award » des mains de Michel Platini, Monsieur Kopa avait vivement insisté pour le recevoir à Auguste Delaune car il considérait que c’était sa deuxième maison, le stade le plus symbolique de sa carrière. Il portait un regard passionné sur son club. En privé, il pouvait parfois se montrer sans concession à son égard, mais dès lors qu’il prenait la parole publiquement sur son Stade de Reims, c’était toujours avec la plus grande bienveillance et avec une ardente volonté de le défendre en toutes circonstances. Nous porterons un brassard noir à Auxerre ce soir et rendrons un hommage à la hauteur de notre Président d’honneur, premier ballon d’or du football français, lors de la venue d’Ajaccio la semaine prochaine. Il avait d’ailleurs tenu à être présent au match aller, à Ajaccio, pour encourager son club de toujours. Au nom du Stade de Reims, mes pensées, celles de tout un club et une ville, sont tournées vers son épouse, sa famille, et ceux qui ont aimé le football à travers ses chevauchées légendaires. Plus que du Stade de Reims, Raymond Kopa restera un monument du football français et mondial. »


maillot-home-1
polo
sans-titre-4
jeu
champagne
maillot-vintage
echarpe
veste-de-sortie-jr