logo-site
Actualités : Actualités Yunis Abdelhamid : « Rester constant dans l'implication »

Yunis Abdelhamid : « Rester constant dans l’implication »

04-12-2018

A1516

Les rencontres s’enchainent pour les Rémois qui reçoivent Toulouse demain (19h), trois jours seulement après s’être déplacés sur le terrain de l’une des grosses écuries du championnat. Lors de la conférence de presse d’avant-match, le défenseur stadiste Yunis Abdelhamid a notamment évoqué cette rencontre mais aussi son rôle au sein de l’effectif. 

Yunis, mentalement y-a-t-il un risque de décompression après ce match nul à Marseille ?
« Non je ne pense pas, on a fait une belle performance contre Marseille mais il ne faut pas s’enflammer et bien se préparer pour la réception de Toulouse qui est un concurrent direct. On est conscients des pièges dans lesquels on peut tomber, on y est préparés tout comme l’entraîneur et le staff. A nous de ne pas nous prendre pour des autres, rien n’est fait dans ce championnat et, si on veut atteindre nos objectifs, ça passera forcément par des victoires. »

Un peu comme Guingamp, Toulouse est une équipe que vous pouvez distancer en cas de victoire…
« Oui, d’autant plus qu’on est à domicile et qu’on a à coeur de prendre des points à Delaune, devant notre public. Maintenant, il ne faut pas qu’on se repose sur nos lauriers et qu’on continue sur ce qu’on fait depuis deux-trois matchs à la maison, c’est important pour la confiance. »

« Dans la gestion des émotions et dans la maitrise, je pense que l’équipe a bien répondu. Pour bonifier ça, il va falloir prendre des points face à Toulouse »

Plus généralement, le point ramené de Marseille montre-t-il une progression, notamment face aux grosses équipes ? 
« Oui, l’entraîneur y tenait par rapport aux matchs qu’on a pu faire contre le PSG et Saint-Etienne. Dans la gestion des émotions et dans la maitrise, je pense que l’équipe a bien répondu. Pour bonifier ça, il va falloir prendre des points face à Toulouse. »

La répétition des matchs amène-t-elle un peu de fatigue ? 
« Non, je pense qu’on s’est préparés comme il le fallait pour être bien physiquement tout au long de la phase aller et de la saison, pour le moment on ne ressent pas de fatigue, peut-être un peu mentale mais le staff gère bien à ce niveau là et le groupe se sent bien. On est frais pour ce match. »

IMG_6066

Toulouse n’a plus gagné depuis le 1er septembre, vous attendez-vous à une équipe en perte de confiance ou « qui joue sa vie » ? 
« On s’attend à une bonne équipe. On l’a vu sur leur dernier match, ils sont revenus de nulle part en étant à menés 2-0 et avec un joueur en moins. Je pense que c’est le genre de match qui peut regonfler à bloc, redonner de la confiance. Ils auront de l’ambition et ils ont quand même un effectif de qualité. Il faudra être patient, on va les étudier et essayer de les mettre en difficulté. »

Avec vous l’impression que le regard des adversaires est un peu en train de changer, que vous n’êtes plus seulement « le promu » ?
« Je ne sais pas s’il change mais c’est vrai qu’on sent qu’ils nous respectent un peu plus. C’est assez facile de moins respecter les promus mais, que ce soit Nîmes ou nous, on fait un début de saison dont on n’a pas à rougir. C’est dû à notre travail, aux efforts qu’on fait au quotidien. Après, une saison c’est long, il faut parvenir à rester constant dans l’implication. »

Est-ce plus difficile pour vous d’affronter une équipe qui pourrait vouloir attendre plutôt que faire le jeu ? 
« Oui, c’est vrai que quand on joue contre des adversaires « de notre calibre », pour la plupart, ils viennent en essayant de nous attendre. Ils savent très bien que, quand on laisse un peu la possession et qu’on reste en bloc, c’est là qu’on fait mal à nos adversaires. On s’attend à ce genre de match et on le prépare pour essayer d’aller chercher des points. »

« La mayonnaise a bien pris, ce qui permet d’avoir une défense solide. Mais il faut aussi souligner le travail des milieux de terrain et des attaquants qui font un gros boulot dans le replacement. Du coup, on a un bloc compact »

Avez-vous l’impression d’être plus en difficulté quand c’est à vous de faire le jeu ?
« Oui et non. On arrive à faire le jeu mais, comme toutes les équipes, on est plus en difficulté face à des formations qui jouent bloc bas et essayent de prendre en contre puisque les espaces sont plus difficiles à trouver. Dans ce domaine là, on doit progresser et au fil des matchs on va engranger de l’expérience pour essayer d’arriver à maitriser ce genre de situations. »

Face à Marseille, vous avez décroché un nouveau clean sheet. Comment avez-vous réussi à garder votre solidité malgré les changements à l’intersaison ?
« C’est vrai que, par rapport à la saison dernière, il ne reste que Edouard et moi derrière. On travaille depuis le début de la préparation avec Ghislain, mais aussi Björn et Thomas depuis qu’ils sont arrivés. On a cette chance que la mayonnaise ait bien pris ce qui nous permet d’avoir une défense solide mais il faut aussi souligner le travail des milieux de terrain et des attaquants qui font un gros boulot dans le replacement. Du coup on a un bloc compact et on ne laisse pas beaucoup d’espaces à nos adversaires. Ça fait notre force aujourd’hui et c’est dû au travail fourni à l’entraînement et sur les matchs. A titre personnel, en charnière avec Björn on a appris à se connaitre au fil des matchs et des entraînements, on travaille beaucoup ensemble et ça passe aussi par énormément de communication sur le terrain. »

A489

Comment expliques-tu que les deux promus réussissent bien leur début de saison ?
« C’est qu’on avait de bonnes bases je pense et qu’elles ont été renforcées par des recrues. Du coup la mayonnaise a bien pris : la cohésion et l’état d’esprit sont très importants et font que les promus s’en sortent bien pour l’instant. Je pense qu’en dehors des grosses équipes, l’état d’esprit et le fait de se battre les uns pour les autres font une vraie différence pour les formations de la deuxième partie de tableau. C’est quelque chose qui permet de rapporter des points dans des matchs un peu plus durs mais il y a aussi de la qualité. »

Toi qui as connu les deux niveaux, penses-tu qu’il y ait moins de différence entre Domino’s Ligue 2 et Ligue 1 Conforama ? 
« J’ai connu majoritairement la Ligue 2 et c’est vrai que j’ai l’impression que le championnat progresse au fil des années. C’est de plus en plus dur d’y jouer, de faire partie des équipes de haut de tableau et de monter. Il n’y a qu’à voir Metz, Brest et Lens cette année. L’écart de niveau se ressert, c’est peut-être pour ça que les équipes qui montent ont moins de difficultés à se maintenir. »

« Le coach nous a pris, « les anciens », comme relais. Il nous fait entièrement confiance pour gérer le vestiaire, qu’on garde cette rigueur au sein du groupe et on y arrive jusqu’à présent »

Plus personnellement, es-tu satisfait de ton début de saison et as-tu eu des nouvelles de la sélection ?
« Oui je suis satisfait, c’est pour ça que j’avais signé à Reims : je suis venu pour vivre une aventure, essayer de connaître une montée et de rejouer en Ligue 1. Ma première expérience à ce niveau avec Dijon reste un souvenir mitigé mais aujourd’hui je suis heureux, ici, avec le groupe. Concernant la sélection, je n’ai pas eu de nouvelles, j’ai eu une présélection lors de la première trêve internationale et depuis plus rien. Bien sûr que ça me tient à coeur, mais maintenant le plus important est d’être performant avec le SDR et d’atteindre l’objectif du maintien. »

Justement au SDR on sait que le coach s’appuie sur certains cadres dont tu fais partie. En quoi consiste ton rôle ?
« Il consiste à prendre ses responsabilités, essayer de faire part de notre expérience aux jeunes et d’encadrer un peu le vestiaire. Vous connaissez notre coach, c’est un manager et il aime nous responsabiliser, c’est pour ça qu’il nous a pris, « les anciens », comme relais. En tout cas, il nous fait entièrement confiance pour gérer le vestiaire, qu’on garde cette rigueur au sein du groupe et on y arrive jusqu’à présent. Il y a une super cohésion, on prend du plaisir à passer du temps ensemble, à se lever le matin et à aller à l’entraînement. On se voit plus ici qu’on voit nos familles à la maison. Plus la saison passe, plus il va attendre de nous donc à nous de répondre à ses attentes. »


maillot-vintage
casquette-rouge
echarpe-champion-ligue-2
maillot-exterieur-des-champions
veste-de-sortie
echarpe-jacquard
maillot-domicile-junior